jeudi 17 octobre 1985

Fin de la première hospitalisation

12.6.1985      
Accompagné de sa mère, il va bien, a trouvé du travail dans un bureau d'études. Il commencera à partir du 20 juin, pour l'été, devrait retourner à partir de Septembre 1985 à Georges Dumas, est toujours suivi par le Dr Chabalay.
Je revois Mr G... le 19.6.1985.
                             H.AUSSEDAT

(Bonne nouvelle : je suis à nouveau suivi par Hélène Aussedat, cette charmante jeune psychiatre blonde, par contre je ne sais toujours pas d’où elle sort cette histoire de bureau d’études.) 



19.6.1985    

Très en forme, a arrêté le Melléril après une diminution progressive.

Il doit travailler à partir de lundi 24 comme métreur (mesure des ferrailles)

Je lui fais une prescription d'HEPTAMYL: 3 comprimés par jour

Son traitement actuel est le suivant :

- PROMOTIL : un comprimé le matin et un comprimé à midi

- LEPTICUR : un comprimé matin, un comprimé midi

- HEPTAMYL : 3 comprimés par jour

- PIPORTIL M2 + PONALIDE IM : trois ce par jour.

Prochain RV le 29 juin 1985.

                             H.AUSSEDAT

(Il s’agit en fait d’un travail de soudeur sur aluminium à la société CLAUSER, petite entreprise sous Sous-traitante de Pechiney à St Jean de Maurienne. M. Clauser est un copain de papa. Je ne sais pas souder et encore moins l’aluminium (Il faut beaucoup d’expérience avant d’y arriver).

Finalement, je me retrouve devant une scie circulaire vétuste à débiter des plots de ferraille (pas génial avec les médicaments !!!) puis sur un chantier comme aide monteur me faisant insulter par les gars qui me reprochent de ne pas tenir les pièces droites malgré les boulettes de métal en fusion qui me gicle sur les bras et le visage. En plus, les pièces sont lourdes et nous travaillons dans un fort champ magnétique. Au bout de deux jours et demi, après le repas de midi, je supplie mon père de venir m’excuser auprès du contremaître et de faire arrêter le massacre. Mon père est un brave homme, il accepte. Nous allons voir le gars. Je démissionne donc sur le tas. Papa me ramène à la maison. Je dors pendant 2 jours…


Surprise, à la fin du mois, je recevrai un petit chèque pour mes 3 jours de «boulot». Sympa, ce Monsieur Clauser !)
29.6.1985  

Arrive accompagné de son père. Il a dû interrompre le travail qu'il faisait car c'était un travail très fatigant pour lui, trop manuel. Il recherche actuellement du travail de plein air dans un centre de vacances (style palefrenier). Il se plaint de difficulté de concentration, de difficulté de lecture et de se sentir raide et gauche dans ses mouvements. Au niveau du traitement, le neuroleptique retard est continué. Il prendra un comprime de PROMOTIL le matin

Arrêt de Lepticur et de l'Heptamyl. Il revient le 13 juillet, vers 1O H OO.

                              H.AUSSEDAT

13.7.1985

Arrive accompagné de son père, habillé tout en noir avec une salopette noire, une chemise noire, une veste noire. Lorsque je lui pose la question de pourquoi il s'est habillé en deuil, il répond parce qu'il aime cet ensemble. Toujours très évasif, souriant, il semble détendu, il dit dormir trop à raison de 14h la nuit.

Aura sa prochaine injection retard le 25 juillet et aura 2CC au lieu de 3 CC. Renouvellement de son ordonnance pour un mois.

PROMOTIL : 2cps par jour

PIPORTIL M 2 : 2 CC + PONALIDE tous les  15 jours.

                            H.AUSSEDAT


7.8.1985 

Va bien, très souriant. A pris du poids,  s'arrondit, présente un faciès lunaire.

Son injection est : 

PIPORTIL Un CC + PONALIDE

                            H.AUSSEDAT

(Je passe une partie du mois d’Août avec mes parents entre St Jean de Maurienne et le lac du Monteynard où papa a son bateau. Nous faisons aussi un petit séjour en Bretagne avec papa, maman et mes deux sœurs (Combourg, Cancale, Mont St Michel ..) pour le mariage de mon oncle Pierre, le frère aîné de mon père, et de Jacqueline, sa 2nde femme. Je suis gêné par rapport au reste de la famille paternelle. J’ai l’impression d’être un zombie, complètement vide d’intérêt, incapable d’exprimer mes sentiments. De m’exprimer tout court…Mes parents, voulant me sortir de ma léthargie, me proposent de passer le BAFA (Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur de centre de vacances et de loisirs). Maman a été monitrice en colonies de vacances étant jeune.
Je fais ce stage début septembre mais c’est une catastrophe. Je me sens si différent des autres et je suis tellement fatigué (je fais même du stop lors des jeux de piste).
6.9.1985 
Revient d'un stage pour être moniteur de colonie de vacances. Ce stage a duré une semaine. Il a présente des difficultés d'intégration dans ce groupe de jeunes (ils étaient environ une trentaine). Il dit avoir souffert de ne pouvoir communiquer normalement avec les autres. Il se sentait manquer de spontanéité, ne s'intéresser pas à ce qui se passait dans le groupe, les  autres l'ennuyaient et lui donnaient une impression de futilité.
Actuellement, il vit chez ses parents, se lève à midi, mange légère­ment et passe son temps devant la télévision. Il dit ne pas avoir d'amis par peur d'être déçu. Il n'a de goût à rien et rien ne l'intéresse. Par rapport à l'avenir, il n'a aucun projet, se laisse vivre.
Je le revois la semaine prochaine.
                            H.AUSSEDAT
27.9.1985
II lui semble que les trois comprimés de PROMOTIL pris augmentent son impossibilité de tenir en place mais sans lui donner plus d'initiative pour autant,  ce qui l’angoisse. Je lui demande donc d'en prendre que deux comme antérieurement.
Ordonnance faite pour un mois avec :
- PIPORTIL : un CC tous les 15 jours
- PORMOTIL : 2 comprimés par jour, un le matin et un à midi.
                            H.AUSSEDAT
(Je m’inscris à l’ANPE et y fait quelques stages de recherche d’emploi sans vraiment y croire)

2.10.1985     

Ce jour, passe du Piportil M2, un CC tous les 15 jours à PIPORTIL L4   :   un CC toutes les 4 semaines.

A deux fois par semaines, à raison de deux heures, il suit des cours d'informatique faits par le GRETA pour une durée de trois mois jusqu'en décembre 1985.

                            H.AUSSEDAT

(Ce stage me plait bien. J’ai toujours aimé l’informatique même si à l’époque elle n’en est qu’à ses balbutiements.)
9.10.1985

Vu ce jour.  Dit avoir plus de facilités pour réfléchir.  A probablement trouvé un stage d'animation dans une station de ski pour l'hiver. Ses cours d'informatique se passent bien et il se sent réceptif.

                          H.AUSSEDAT

(Il s’agit d’un stage rémunéré très correctement qui me permettrait, aussi, de valider mon stage BAFA auquel j’avais pourtant eu un avis défavorable. Le responsable de l’animation des Karellis est en fait Daniel Gros, un copain théâtreux de ma sœur Sophie. Elle a joué dans sa troupe et, sympathiquement, il me pistonne un peu.)
17.10.1985
Je le vois ce jour, il est très content car il a peut-être trouvé du travail dans la station de ski des Karellis où il serait animateur à partir du 15 décembre. C'est un travail qui consisterait dans de l'animation avec organisation de spectacles, accueil des gens et information avec un journal. Il a vu hier le responsable qui  lui a expliqué en quoi consistait le travail et qui lui a laissé entendre qu'il y avait de fortes chances qu'il soit pris.
Je le revois le 30.10.1985 où il aura également son injection de neuroleptique retard.
                           H.  AUSSEDAT
(Tout semble s’arranger pour moi. Pourtant, je vais bientôt vivre la pire période de ma vie ...)

Aucun commentaire: