lundi 20 août 2018

Le schizophrène n'est pas sociable !


Quand ils sont hospitalisés, les schizophrènes se plaignent souvent que leurs amis les laissent tomber.

C’est vrai que j’ai ressenti ce genre d’abandons lorsque j’étais seul entre les 4 murs d’une chambre d’hôpital psychiatrique. 

Solitude, aussi, et souvent pire, quand il me fallait ré-affronter la vie sans pratiquement aucun autre soutien que celui des structures médicales (psychiatres, psychologues, infirmiers, assistante sociale, centre de jour ...). 
Solitude dans la tête surtout et ce sentiment abominable de ne plus avoir personne à qui parler, ni par qui être compris.

J'ai quand même eu la chance d’avoir quelques copains fidèles qui ne m’ont jamais laissé tomber, même s'il faut le dire, je n’étais pas d’une compagnie très hilarante. Quand la plupart avait déserté le navire, ceux-là m’ont quand même soutenu dans l’épreuve de la maladie ne cherchant pas à comprendre ni pourquoi j’étais malade ni si j’avais une quelconque chance de rémission. 
Ils ont continué à être mes potes, tout simplement, me parlant comme si de rien n’était. Et de cela, je les en remercie.


Les autres comme ils cherchaient à m’analyser, voire à me juger, se sont vus renvoyer une image tellement inquiétante et incompréhensible de ce qu'il se passait dans ma tête qu’ils sont partis à jambes déployées. Bon débarras !
Cependant, je ne leur en veux pas.

Aucun commentaire: